Lettre ouverte aux délégués du Syndicat Mixte de l’Ardèche Méridionale (SMAM)

Ci-dessous le communiqué envoyé par l’association Non à la Raze à tous les délégués du SMAM qui gère la piscine intercommunale à la Raze :

LETTRE OUVERTE AUX DÉLÉGUÉS DU SMAM

Les dirigeants de la Communauté des communes du Pays Beaume-Drobie et du Sictoba ont décidé d’implanter une déchetterie sur le quartier de la Raze à Lablachère.
Cette décision insensée prise par quelques élus soulève contre elle la réprobation générale.
La municipalité de Lablachère est farouchement opposée à ce projet d’autant qu’elle propose un site alternatif  bien plus judicieux.
Porte-parole d’une population de plus en plus mobilisée, l’association Non à la Raze rassemble aujourd’hui plusieurs centaines d’adhérents et sympathisants et appelle à votre responsabilité.
Lundi 6 mars 2017 lors du comité syndical vous serez amenés à vous prononcer sur une motion contre l’implantation d’une déchetterie sur le plateau de la Raze.
Votre présence à toutes et à tous est fondamentale pour affirmer que le projet d’aménagement de la Raze doit préserver la vocation ludique et sportive de ce site et en accentuer le caractère d’espace de plein air tout en valorisant ses atouts environnementaux.
Une déchetterie n’a pas sa place à côté de La Perle d’Eau et constitue au contraire une grave menace qui pourrait être fatale à l’avenir de cet espace ludique unique en basse Ardèche. 
                                        L’association NON A LA RAZE

Le 6 mars 2017, Il est important que tous les déléguées du SMAM et particulièrement celles et ceux des trois autres communautés de communes qui le composent, aient connaissance de ce qui se trame.
Une motion contre l’implantation d’une déchetterie leur sera proposée mais surtout un historique honnête et précis de ce projet controversé, qui leur permettra de décider en leur âme et conscience.
Honnête et précis ! Voilà des qualités qui semblent avoir été balayées depuis longtemps par certains  dirigeants de la CdC Beaume-Drobie.
Le président de cette communauté a en effet convoqué tous ses délégués le 3 mars 2017 afin de leur donner la conduite à tenir :
– au cas où ces élus pour la plupart déjà en place depuis fort longtemps au SMAM, se seraient fourvoyés depuis le début !
– au cas où ces élus ne partageraient pas l’idéologie dictatoriale de leur président !
– au cas où ces élus choisiraient tout simplement leur intime conviction !

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Le Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) : des précisions sur un soi-disant compromis

 
Souvenez-vous, sous la pression des élus de Lablachère et des adhérents de Non à la Raze, le président de la CdC Beaume-Drobie avait retiré le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui devait être soumis au débat communautaire le 2 février 2017.
Nous ne mettons pas en cause la qualité du travail réalisé par Pascal Waldschmidt ni son honnêteté intellectuelle pour mener à bien le PLUi et particulièrement celui de Lablachère.
Il n’en reste pas moins que la tentative de manipulation du président de la CdC Beaume-Drobie nous a particulièrement échaudés et a gravement altéré notre confiance envers cette collectivité.
Que lit-on sur le second article de journal intitulé Lablachère, cas particulier pour le PLUi :
« En conséquence, informe Pascal Waldschmidt, la CdC va soumettre aux élus lablachérois un nouveau document. Sur ce dernier l’emprise de la Raze sera constructible sans qu’il y soit précisé quelque installation ce qui devrait ouvrir les portes de la négociation et permettre, peut-être, un compromis ».
Les élus de Lablachère risquent de se coincer les doigts dans la porte.
Il s’agit ici d’un nouvel artifice. Un de plus.
Qu’elle serait l’appellation de cette zone et pour quelle destination ? Où se situerait-elle sinon sur les parcelles destinées au Sictoba ?
La ficelle est trop grosse.
Décidément rien ne semble se faire dans la droiture et la transparence.
La municipalité doit imposer cette option à Serre de Varlet pas à la Raze. Elle doit rester ferme sur sa position sous peine de se faire gruger une fois le PADD approuvé.

Les élus et particulièrement ceux de Lablachère ne doivent pas oublier comment ils ont été méprisés ni comment la population a été maltraitée dans cette affaire.

 

 

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Le rendez-vous avec le Sictoba mercredi 8 février 2017

Mercredi 8 février à 17h00 les membres de l’association Non à la Raze ont rencontré les responsables du Sictoba. Le président Christophe Deffreix était accompagné de ses vice-présidents, Jean-François Borie et Marc Guigon, respectivement maires de Beaulieu et Grospierres, de Marie-Claire Paquelet adjointe à la mairie de Joyeuse et de Jérôme Gauthier directeur du Sictoba.
La réunion a duré une heure et demi, un autre rendez-vous du Sictoba n’a pas permis de prolonger le débat. Il en est ressorti les points suivants :
– la discussion pour le moins animée avec le président du Sictoba la souvent fait sortir de son contexte. Ce dernier prend beaucoup les choses à cœur et supporte difficilement les critiques qu’il considère destinées à l’atteindre personnellement. A cet effet, une photo montage qu’il jugeait offensante a été retirée de la page Facebook de Non à la Raze,
– notre logo est un outrage pour le SICTOBA et Jean-François Borie considère que par celui-ci nous désinformons nos adhérents. Notre communication est mauvaise,
– les 1eres maison sont à 50 m des déchetteries de Ruoms et Vallon Pont d’arc,
– les accès à la Raze sont le problème de la CDC pas du SICTOBA. Pour sa part le syndicat amène l’outil de travail. Chacun ses responsabilités,
– le SMAM en interdit l’accès ? Pourquoi des élus s’opposeraient à d’autres élus ! La piscine est en déficit, les responsables seront bien obligés de revoir leur position,
– pas d’accès au terrain de la Raze donc pas de permis de construire ? Le Maire de Lablachère refusera de toute façon le permis de construire ? Retard prévisible dans la mise en service de la future déchetterie ? C’est le problème de la CdC. Le projet d’une nouvelle déchetterie est projeté depuis 2005 et on supporte depuis 10 ans le surcoût engendré par la déchetterie actuelle et avec lequel la nouvelle aurait pu être financée,
– les accès au terrain de la Raze ne posent pas de problème, une ouverture de 5/6m suffit pour l’entrée de la déchetterie,
– les associations de défense de l‘environnement ne sont pas favorables à la Raze ? Il n’y a à priori pas de problème avec les espèces protégées,
– une plateforme de récupération des déchets verts dissociée d’une déchetterie ne pose aucun problème au contraire. Les deux services sont complètement différents. Les coûts seront mutualisés avec le SIDOMSA qui projetait d’en faire une à Laurac. Le SICTOBA leur refacturera le service,
– pas de déchetterie à Serre de Varlet : c’est une zone d’activités qui n’a pas vocation à recevoir une déchetterie. Le croisement avec des camions toupie et de transport de grumes est dangereux, le terrain est en Natura 2000, il n’y a pas d’accès et il se rapproche trop de Beaulieu,
– les centres de revalorisation des déchets (on ne dit plus déchetterie) sont maintenant à la vue de tout le monde et ne doivent pas être cachée. Il faut regarder les « déchets » en face,
– le « barycentre » idéal est à Joyeuse, idéalement vers GAMM VERT,
– une implantation à Rosières ou Joyeuse présentait tous les avantages mais cela n’a pu se réaliser,
– l’aménagement de la déchetterie actuelle à Joyeuse n’a pu se faire car la commune ne cédait pas les terrains nécessaires à sa réalisation à moins de 70€ le m². Les accès revenaient à  400 000€,
– le Sictoba reste ouvert à toutes propositions sauf sur Serre de Varlet. Une déchetterie à Joyeuse sur le terrain initialement destiné à la future caserne de pompiers ? Pourquoi pas car à aujourd’hui aucune étude n’a été faite à la RAZE par le SICTOBA,
– enfin, la manifestation du 2 février à Planzolles n’a rassemblé qu’une poignée d’opposants à la Raze.

Les argumentations du Sictoba seront reprises et commentées par l’association Non à la Raze dans les prochains jours.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Arguments de la CdC Beaume-Drobie et le Sictoba : pas de surcoût engendré par deux installations

« La plateforme de récupération des déchets verts  est réalisée en partenariat avec le SIDOMSA….son cofinancement permettra de réduire les coûts ».

⇒   réponse
Une déchetterie et une plateforme de récupération des  déchets verts, deux aménagements en deux endroits différents. Des coûts forcément plus élevés.
La superficie du terrain à Serre de Varlet (19 000m²) était suffisante pour la réalisation des deux ouvrages, sa localisation est également judicieuse.
Néanmoins, la mutualisation du concept et de la gestion de la plateforme de récupération des déchets verts avec le SIMDOSA (Syndicat Intercommunal de Destruction des Ordures Ménagères du Secteur d’Aubenas) nous parait raisonnée.
Les coûts seraient en effet partagés en deux et la plateforme serait située au milieu des deux territoires.
Ce service est fixé à Rosières et le projet suffisamment avancé fin 2017 pour ne pas risquer de perdre 47 000€ de subvention.
La demande de CU opérationnel a été acceptée lit-on sur le site du Sictoba.
Les terrains  en question, route de Chapias, lieu-dit Barrot à Rosières en zone artisanale, sont respectivement de 1560m² et 1800m² pour un prix d’achat de 7€ le m² plus des frais de remblai que le propriétaire estime à 15 000€, soit un total de 38 100€. L’achat du terrain est-il partagé avec le SIDOIMSA ? Un montant de 15 000€ pour un remblai se justifie-t-il ?
Néanmoins il faut rappeler que deux projets de déchetterie ont été rejetés à Rosières mais aussi une plateforme de récupération des déchets verts située pourtant pas très loin de l’endroit adopté aujourd’hui.
Soit.
Nous maintenons que les deux  services au même endroit nous semblent plus judicieux en terme économique.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Arguments de la CdC Beaume-Drobie et du Sictoba : une déchetterie à la Raze améliorera la sécurité routière – les flux de circulation.

« L’aménagement d’une déchetterie contribuera à améliorer la sécurité au regard des automobilistes qui traversent le parking à grande vitesse pour rejoindre leur domicile »
         ⇒  réponse
C’est bien la première fois qu’on nous affirme qu’une déchetterie participe à la prévention routière !!!
Que les 18 contrevenants de Bouchard se rassurent, leurs excès de vitesse échapperont aux PV, la déchetterie va se substituer aux gendarmes.

 « Le nombre de voitures se rendant à la déchetterie n’est pas de nature à amener un danger supplémentaire »
« Une déchetterie n’a pas sa place au site de Serre de Varlet considéré comme une zone industrielle lourde (camions toupie, camions de transport de grumes) dont le trafic mettrait en danger les usagers »
      ⇒   réponse
Nous vous proposons ci-dessous le tableau récapitulatif des flux de circulation à la Raze et à Serre de Varlet.

 

 

 

 

 

 

 
Portez particulièrement votre attention sur les cars scolaires et les 400 à 500 enfants qui fréquenteront le site de la Raze, mais pas le Serre de Varlet.
Serre de Varlet zone industrielle lourde générant un danger pour les voitures qui la traversent ? Imaginez ! 2 à 3 camions de grumes par MOIS !!!
Qui parlait de désinformation ?

« La rotation des camions-bennes sera planifiée la nuit en dehors des heures de collège »
      ⇒   réponse
Comme cela avait été également négocié pour la déchetterie actuelle de Joyeuse ? Qui n’a pas rencontré en pleine journée des camions de transport de bennes vides ou pleines ?
Je suis bien placé pour les voir passer et affirmer que les rotations journalières existent réellement.
Nous appréhendons les voitures tirant des remorques souvent chargées de vieux meubles ou de ferraille qui dépassent de leurs gabarits au milieu de plusieurs centaines d’enfants. Nous n’osons pas imaginer des camions-bennes de 19m de long au milieu d’eux.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire