Personne ne veut d’une déchetterie à la Raze. Mais le président du Sictoba qu’en pense-t-il ?

Nous lui avons demandé déjà trois fois. Sans obtenir la moindre réponse.
Non à la Raze est persévérante. Elle a foi au courage politique des hommes, au courage tout court. Elle est convaincue que la mission de service public entraîne des devoirs auxquels l’élu ne peut se dérober éternellement.
Alors oui, nous espérons cette fois ci une réponse à notre question.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Où construire la nouvelle déchetterie ?

Lors de la dernière réunion du comité syndical du Sictoba le jeudi 28 juin 2018, le président a interpellé les délégués sur le coût élevé de la gestion de la déchetterie de Joyeuse. Rappelant que le syndicat dispose de la totalité du financement pour en construire une nouvelle, il a précisé que le marché passé avec la Coved se termine en fin d’année 2018 même s’il est reconductible pour deux périodes de six mois chacune.
En résumé, la location de la déchetterie de Joyeuse est très coûteuse et une décision doit être prise au plus tard le 31 décembre 2018.
Il y a donc urgence à construire une nouvelle déchetterie.
Urgence !!! Après tout ce temps perdu à s’entêter à exploiter une décision inconsidérée ! Le Sictoba et la CdC Beaume-Drobie se partagent la faute. Dès le départ, la moitié des élus de cet établissement public, la municipalité de Lablachère, le Syndicat Mixte de l’Ardèche Méridionale (SMAM) et l’association Non à la Raze n’ont eu de cesse de dénoncer l’infaisabilité de ce projet de déchetterie à la Raze. Sans rien inventer.  En rappelant simplement les contraintes environnementales qui existent depuis très longtemps à cet endroit.Le président du Sictoba a annoncé que “ce point sera donc mis à l’ordre du jour d’un prochain bureau”
Que va-t-il proposer aux élus du comité syndical du Sictoba ?
Construire une déchetterie sur le quartier de La Raze ? Ce n’est pas possible. Fermer la déchetterie de Joyeuse et obliger les usagers à se déplacer sur les Vans comme l’a évoqué le président lors d’une rencontre citoyenne ? C’est très improbable. Baisser les bras par dépit ou découragement ? Ce n’est pas digne de la mission qui lui a été confiée. Au-delà des aveux d’impuissance de ce responsable, il existe pourtant des solutions. Et la zone artisanale de Serre de Varlet reste une des plus sérieuses.
Va-t-il s’obstiner à la rejeter avec le même entêtement qu’il a soutenu le projet de la Raze ?La nécessité de construire une nouvelle déchetterie sur notre secteur a toujours était défendue par l’association Non à la Raze. Néanmoins, la réalisation de cet ouvrage reste de la compétence de nos élus.
Il est grand temps que certains élus oublient leur égo et abandonnent cette politique politicienne improductive. Il faut maintenant aller de l’avant.
Le président du Sictoba finira bien par sortir de son silence et se prononcer une fois pour toute sur le devenir de la future déchetterie.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Une déchetterie à la Raze : c’est fini.

Dans notre article du 17 juin 2018 nous vous disions rester très attentifs et toujours en quête d’informations sur le projet d’une déchetterie à Lablachère.
Christophe Deffreix, président du Sictoba, participait cette semaine à Joyeuse à un débat sur le thème de la gestion des déchets et de la future déchetterie.
A défaut de réponses précises et définitives à nos questions depuis septembre 2017 et dans l’espoir d’arracher quelques éléments intéressants, Non à la Raze était présente à cette réunion.
Bien nous en a pris.
Le côté autosatisfaction de la gestion du Sictoba puis larmoyant lorsqu’il a été question de la déchetterie de Joyeuse, ne nous a ni impressionnés ni attendris.En revanche, en ce qui concerne directement la future déchetterie, le président du Sictoba a été très clair. Il a révélé qu’une association (sans jamais la citer) avait œuvré avec succès pour que la déchetterie ne se fasse pas à la Raze. L’implication de l’association et sa détermination ont embarrassé les services de l’état dans un premier temps. L’étude environnementale alors préconisée, a définitivement entrainé les services de l’état à conseiller fermement au Sictoba de renoncer au projet d’une déchetterie à la Raze.
Les difficultés juridiques (opposition au permis de construire) matérielles (refus du SMAM à céder le passage) et sociales (opposition de la population) complètent un tableau déjà trop sombre pour s’obstiner.
La déchetterie ne se fera pas à la Raze.
Alors où ? Car ce nouveau service est indispensable sur notre secteur. Dans la zone artisanale de Serre de Varlet à Lablachère ? du Barrot à Rosières ? sur l’emplacement de la déchetterie actuelle à Joyeuse ? Les solutions ne manquent pas. Le président du Sictoba doit maintenant rebondir et réagir efficacement et sereinement. C’est son travail, il a été élu pour cela.
Il est trop tôt pour crier victoire. Restons prudents et encore présents même si raisonnablement nous pouvons faire preuve du plus grand optimisme.
Puis, nous pourrons enfin mettre fin à cette bataille dont l’issue favorable n’aura été que la conséquence de votre engagement de tous les jours.
A très bientôt et merci encore.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

Les Sénateurs de l’Ardèche s’opposent eux aussi à une déchetterie à la Raze.

Après le Député Fabrice Brun, c’est au tour des Sénateurs Jacques Genest et Mathieu Darnaud de prendre parti contre une déchetterie sur le quartier de la Raze à Lablachère.
Après le courrier du Député le 20 avril 2018 à Madame la Sous-préfète, les sénateurs de l’Ardèche interpellent à leur tour les services de l’état pour s’opposer au projet d’une déchetterie à la Raze.
Et leur courrier est sans aucune ambiguïté.
Rappelant le contexte de ce dossier, la position d’un grand nombre d’élus à la réalisation d’une déchetterie à cet endroit, les contraintes de Natura 2000 et l’alternative de Serre de Varlet, les Sénateurs Genest et Darnaud “n’imaginent pas que les services de l’état puissent envisager de donner leur aval à un tel projet”.
Nous remercions ces deux élus pour leur soutien sans équivoque à l’association Non à la Raze. Cette position est conforme à leur engagement à défendre les intérêts de notre territoire au plus haut niveau de leurs responsabilités.
Confortée par la position de ces élus, l’association Non à la Raze va de nouveau interpeller le président du Sictoba et lui demander d’assumer une fois pour toute ses responsabilités. A défaut, nous saisirons l’ensemble du comité syndical du Sictoba.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire

L’amertume du président du Sictoba

Permettez-nous de revenir sur l’article du Dauphiné Libéré de jeudi 22 juin 2018 concernant la déchetterie de Beaume-Drobie évoquée lors de la rencontre citoyenne du 20 juin 2018 (voir ci-dessous).
L’association en question est Non à la Raze Oui au Serre de Varlet. Il n’était peut-être pas utile de le préciser mais jamais son nom n’a été cité.
S’il n’y a eu aucune réaction des représentants de cette « structure » incriminée présents à la réunion, c’est aussi parce qu’une intervention de leur part n’était pas  appropriée.
Mais là n’est pas le plus important.
Nous lisons : “Suite aux récriminations de l’association, les services de l’état émettent de fortes réserves. Or, je ne vois pas de solution de remplacement ”.
L’association Non à la Raze n’a pas inventé le caractère environnemental sensible du site de la Raze ni son appartenance à Natura 2000. Elle n’a fait que le soulever. A priori, les élus responsables de l’aménagement de la déchetterie ne s’en étaient pas aperçu. A moins qu’ils aient eu l’intention de s’en affranchir.
L’association Non à la Raze a tout simplement rappelé la loi à des élus dont la fonction ne leur permet pas de s’en affranchir.
Le président du Sictoba est-il crédible lorsqu’il exprime son amertume et déclare ne pas voir de solution de remplacement ? Soit il conteste la légitimité des textes soit il blâme Non à la Raze de les avoir évoqués. Quelle que soit l’hypothèse, le résultat est le même. La décision de construire une déchetterie sur le quartier de la Raze à Lablachère était irréfléchie, le dossier mal étudié, les contraintes complètement escamotées et l’anticipation des conséquences totalement méprisée. Une gestion rigoureuse et responsable à tous les niveaux aurait évidemment décelé dès le départ que ce projet était voué à l’échec. Quel gâchis !
Seuls les élus en question sont responsables de cette situation. Qu’ils assument leurs responsabilités.
Entendre dire le président du Sictoba qu’il ne voit pas de solution de remplacement, conforte cette analyse. Cette réflexion nous laisse perplexe sur la réalisation à plus ou moins court terme d’une nouvelle déchetterie sur notre territoire.

Publié dans Articles | Laisser un commentaire