Cela suffit !

Le 30 juin 2016, une partie de la CdC Beaume-Drobie décide d’acheter un terrain sur le quartier de la Raze à Lablachère afin d’y faire construire une déchetterie.
Ce terrain est rétrocédé au Sictoba chargé de la mise en œuvre de cette opération.
Ce syndicat accepte alors ce cadeau empoisonné. Est-il naïf ou complice de cette opération absurde mais délibérée ? Je vous laisse juge.

Une grande partie de la population s’élève contre cette décision et soutient en cela le conseil municipal de Lablachère opposé dès le début à cette résolution et partisan de la solution alternative de Serre de Varlet.
Dès décembre 2016, L’association Non à la Raze, porte-parole de cette opposition, dénonce les incohérences de ce projet et démontre son infaisabilité.Plusieurs centaines de citoyens de tous les horizons, soucieux de préserver le caractère environnemental privilégié du quartier de la Raze viennent grossir le mécontentement général.
Le Syndicat Mixte de l’Ardèche Méridional (SMAM) qui gère la piscine intercommunale La Perle d’Eau et propriétaire des accès, s’oppose à cet aménagement condamnant de facto la mise en œuvre des travaux.

En Mai 2017, les services de l’état (DDT et Dréal) informent le Sictoba de l’impossibilité de construire une déchetterie à la Raze ce site étant classé d’intérêt communautaire prioritaire.
Alléguant de ces recommandations, le 28 février 2018, le Président du conseil départemental de l’Ardèche et la CdC Beaume-Drobie, décident de ne plus construire le collège à la Raze.
Le Député Fabrice Brun, les Sénateurs Jacques Genest et Mathieu Darnaud se prononcent contre une déchetterie à la Raze et demandent aux services de l’état de faire appliquer le droit et la raison.

Seuls quelques rares irréductibles décideurs locaux semblent persister dans leurs errements mais se murent dans un silence s’apparentant plus à de la lâcheté que du mépris.
Quatre courriers sont adressés au président du Sictoba lui demandant de nous confirmer ou infirmer le projet d’une déchetterie à la Raze. Quatre courriers restés sans réponse. Pas de réaction, pas de décision, pas de responsabilisation. Une apathie atterrante.

Mais enfin ! Ne s’agit-il pas ici d’un problème d’intérêt général intéressant un très grand nombre de citoyens et d’élus soucieux de leur environnement, attentifs également à une gestion réfléchie et transparente de l’argent public ?
De quel droit les traitez-vous de cette façon ? Qui êtes vous pour vous permettre de manquer ainsi aux droits et aux devoirs élémentaires attachés aux missions qui vous ont été confiées ?
Pour qui vous prenez-vous pour dédaigner, mépriser, déprécier autant les femmes et les hommes qui vous ont élus aux fonctions que vous occupez aujourd’hui ?

Si vous avez perdu la vocation ou si la charge est soudain trop lourde, de grâce, abandonnez-là à plus compétent que vous et alors peut-être le sort de la nouvelle déchetterie sera-t-il enfin scellé.

Ce contenu a été publié dans Articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*