La déchetterie, complément pédagogique à assumer !

Le collège sera donc construit à Joyeuse. Grand bien lui fasse.
Les dirigeants de la CdC Beaume-Drobie et du Sictoba avaient prétexté, à l’époque ou le collège était encore à Lablachère, que la déchetterie était le complément pédagogique de cet établissement culturel (voir ci-dessous).
Après-tout pourquoi pas !
Alors mesdames et messieurs les élus qui ont décidé de l’emplacement du collège, madame le Maire de Joyeuse, il vous faut maintenant assumer également le nouvel emplacement de la future déchetterie. D’autant que le président du Sictoba refuse catégoriquement l’alternative du Serre de Varlet à Lablachère.
Le terrain destiné au collège nous semble suffisamment vaste pour accueillir cet ouvrage et son jardin pédagogique.
Le président du Sictoba l’a affirmé à de nombreuses reprises. Une déchetterie c’est propre et n’engendre aucune pollution ou nuisance quelconque (voir ci-dessous). Son avis est quelque peu différent aujourd’hui ? C’est fort probable ! Ses arguments fallacieux sont maintenant un peu émoussés. Il n’est pas facile de faire avaler autant de couleuvres. La déchetterie ne fait plus bon ménage avec le collège et la salle de sport ? Soit ! Une autre solution existe sur le territoire de la commune de Joyeuse.
Par délibération du 14 juin 2016, le conseil municipal de Joyeuse avait refusé à la CdC Beaume-Drobie, la cession d’un terrain qui aurait permis à cette dernière de fixer la déchetterie sur le site actuel. L’entreprise Coved aujourd’hui propriétaire de cet ouvrage a financé des aménagements qui tendent à améliorer grandement le bon fonctionnement de ce service (voir les différents courriers ci-dessous).
Il vous suffit de revenir sur votre décision et ainsi récupérer un équipement, qui au même titre que le collège ou la caserne de pompiers, vous échappait.
La déchetterie ne s’installera pas là où le collège est indésirable. Elle fait partie du package.
Toutes ces divagations et ses conséquences n’ont-elles pas pour origine les décisions absurdes des présidents de la CdC Beaume-Drobie et du Sictoba ?  Peut-être même aussi de certain(e)s élu(e)s plus circonscrits à leurs ambitions communales qu’au périmètre d’une collectivité qu’ils sont sensés servir pour l’intérêt général.
En tout état de cause il faudra s’en souvenir et ne pas refaire les mêmes erreurs lorsqu’il sera question de choisir ceux qui, enfin, seront amenés plus tard à gérer raisonnablement les intérêts de notre territoire.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*